"Je pense que ce qui est important, ce n'est pas d'attendre une escalade des risques politiques mais que les dirigeants politiques s'occupent d'éviter un tel mécontentement avec la manière dont les choses fonctionnent", a affirmé la nouvelle cheffe économiste du Fonds, Gita Gopinath, lors d'une conférence de presse.

"Ce sont de vraies préoccupations qui doivent être traitées", a-t-elle ajoutée, en réponse à une question sur les risques politiques et, notamment, le mouvement des gilets jaunes. "En France, nous avons d'ailleurs abaissé légèrement la prévision de croissance en raison des manifestations des gilets jaunes", a-t-elle expliqué.

Le Fonds monétaire international (FMI), qui participe au Forum économique mondial pour lequel le président français, Emmanuel Macron, a annulé sa participation, table désormais sur une croissance de 1,5% pour la France pour 2019, soit une baisse de 0,1 point par rapport à son estimation d'octobre, "en raison de l'impact négatif des protestations". Le Fonds a également abaissé la prévision d'expansion pour l'économie mondiale (-0,2 point à 3,5%) et de la zone euro (-0,3 point à 1,6%) avec des baisses encore plus marquées pour l'Allemagne (-0,6 point à 1,3%) et pour l'Italie (-0,4 point à 0,6%).