La tache noire ne cesse de s'étendre dans les eaux de la ville portuaire indonésienne de Balikpapan depuis samedi. Sa superficie actuelle, qui est d'environ 18 kilomètres carrés, inquiète les autorités. D'autant que le pétrole a déjà fait quatre morts : des pêcheurs se sont retrouvés prisonniers des flammes lorsque le carburant s'est enflammé. Un autre est porté disparu.

Lire aussi : Les activités humaines précipitent le déclin de la biodiversité.

La cause de ce déversement au large de Bornéo reste encore inconnue. Une des pistes est qu'elle a été provoquée par un transporteur de charbon en vrac qui acheminait sa cargaison depuis l'Indonésie vers la Malaisie. Le pétrole pourrait aussi venir de la raffinerie pétrolière Pertamina. Celle-ci possède en effet des oléoducs sous-marins qui traversent la baie. Des échantillons ont été prélevés à Pertamina, même si la société nie être responsable de la fuite.

Impact sur la santé...

Outre la contamination de la mer, la substance pollue aussi l'air : des centaines de personnes souffrent de problèmes de santé provoqués par l'épaisse fumée noire qui s'échappe du pétrole. La ville portuaire de Balikpapan, qui compte 700 000 habitants, est la plus touchée. Nombre de ses habitants ont signalé des symptômes de nausées, de vomissements et de problèmes respiratoires après que le déversement ait pris feu.

La ville portuaire a pris la décision de distribuer des masques pour aider les résidents à faire face à l'odeur et diminuer le risque d'intoxication. Le secrétaire de la ville, MN Fadli, a déclaré aux médias : "Nous sommes en état d'urgence ", rapporte le Guardian. "La comparaison peut sembler exagérée, mais la baie ressemble à une station-service", a-t-il encore ajouté.

... et sur le mode de vie des habitants

L'impact environnemental de ce déversement n'a pas encore été évalué, mais il affecte déjà le mode de vie des pêcheurs qui ont l'habitude de sortir tous les jours en mer. Les autorités ont déclaré ce mardi qu'il y avait un risque accru de nouveaux incendies à mesure que le pétrole s'étalait. Ils ont donc mis en garde la population locale contre toute activité "qui pourrait déclencher des incendies", rapporte la BBC.

Lire aussi : Bouteilles en plastique: le gouvernement britannique pense à un système de consigne.

Le ministère de l'Environnement et des Forêts a déclaré qu'une équipe travaillait afin de contenir la marée noire et de tenter d'en effacer les traces. Rasio Ridho Sani, son directeur général, précise encore dans le Guardian que "l'équipe sur le terrain enquête minutieusement. Nous allons bientôt découvrir l'impact sur l'environnement et aussi le responsable".

Chavagne Mailys