Il y a de cela. C'est admettre l'idée qu'un citoyen pourrait ne pas accepter une règle de droit adoptée de manière parfaitement légitime par les institutions compétentes pour le faire. C'est un affront à l'Etat de droit qui se voit ainsi remis en cause. D'emblée, je précise : je ne plaide pas coûte que coûte pour l'introduction d'un droit à la désobéissance, je ne suis d'ailleurs pas sûr que la démarche relève du possible mais la piste mérite à mes yeux d'être creusée et débattue. J'ouvre le chantier.
...