La simulation du Bureau du Plan envisage un relèvement au seuil de pauvreté des allocations d'un isolé et l'application d'un pourcentage équivalent pour les allocations des cohabitants.

L'augmentation coûterait 1,7 milliard d'euros, mais certains effets retour (TVA, croissance économique) permettraient de réduire ce coût à 1,24 milliard. La mesure générerait une croissance économique supplémentaire de 0,17% et 2.500 emplois en plus, selon les chiffres du ministre.

Ce mardi, le gouvernement a décidé d'utiliser l'enveloppe bien-être (716 millions d'euros) pour les années 2019 et 2020. Il incombe désormais aux partenaires sociaux de formuler des propositions d'affectation de ce montant dans le cadre de l'accord interprofessionnel (AIP). M. Peeters préconise quant à lui d'affecter la totalité de l'enveloppe bien-être au relèvement des allocations.