Le sommet s'est ouvert par une cérémonie militaire au nouveau siège bruxellois de l'Alliance atlantique avec un défilé aérien de 25 hélicoptères de treize pays en cinq formations - à chaque fois dirigée par un Agusta A109 de l'armée belge - et l'exécution de l'hymne de l'Otan. Les dirigeants des 29 mais aussi les ministres des Affaires étrangères et de la Défense faisaient aux drapeaux.

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a rendu hommage aux hommes et femmes "de toutes nos forces armées qui se mettent en danger pour pour assurer notre sécurité" et servent au sein d'opérations de l'Otan. "Certains d'entre eux ont fait le sacrifice ultime" de donner leur vie, a-t-il déclaré.

En ouvrant la session formelle du Conseil du Conseil de l'Atlantique nord, le Premier ministre belge Charles Michel a pour sa part insisté sur la nécessaire solidarité entre les pays alliés. "La sécurité n'a pas de prix, mais elle à un coût et nous devons assumer davantage nos responsabilités. Il y a des divergences (entre les alliés), mais notre coalition à toujours su les surmonter", a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a également plaisanté en revenant sur la demi-finale de football Belgique-France - qui a vu l'élimination des Diables rouges par les Bleus: "les Belges ne sont pas chauvins, mais je peux dire que la France a eu beaucoup de chance hier", profitant de l'occasion pour faire un parallèle avec l'esprit d'équipe en football.