Le cabinet Hagens Berman, à l'origine de la plainte déposée au tribunal fédéral de Manhattan et spécialisé dans les actions en nom collectif, a indiqué vouloir représenter "des centaines de femmes" qui pourraient avoir été victimes d'abus sexuels de la part du producteur.

Les six femmes citées dans la plainte - Louisette Geiss, Katherine Kendall, Zoe Brock, Sarah Ann Masse, Melissa Sagemiller et Nannette Klatt - ont souligné que de nombreuses personnes étaient au courant des agissements du producteur, dans une déclaration séparée.

"Harvey Weinstein est un prédateur. (Son frère) Bob le savait, son conseil d'administration le savait, les avocats le savaient, les détectives privés le savaient, Hollywood le savait. Nous le savions".

Chacune des six femmes a été "attirée dans des environnements isolés et intimidants par Weinstein, au prétexte de rendez-vous professionnels", selon Hagens Berman.

"Elles ont été agressées, retenues dans des chambres d'hôtel, des avions ou à son domicile, et étaient menacées de voir leur carrière terminée si elles refusaient ses avances et ses demandes", ajoute le cabinet.

La plainte accuse notamment Weinstein, ses studios, et plusieurs membres du conseil d'administration de la Weinstein Company de crime organisé, de subornation de témoins et d'agressions.

Le cabinet d'avocats indique s'appuyer notamment sur un article de Ronan Farrow, paru le 6 novembre sur le site du magazine The New Yorker, qui a détaillé les agissements de détectives et intermédiaires recrutés par Weinstein pour dénigrer ses victimes ou les faire taire.

C'est la seconde plainte en nom collectif déposée par Hagens Berman contre Harvey Weinstein, à ce stade accusé par une centaine de femmes d'abus sexuels - surtout des actrices ou aspirantes-actrices - allant du harcèlement au viol.

Le cabinet avait, au nom d'une actrice restée anonyme, déposé une première plainte mi-novembre à Los Angeles.

Mercredi, deux avocats de Weinstein, Ben Brafman et Blair Berk, ont à nouveau démenti toute accusation d'agression sexuelle.

"Mr. Weinstein n'a jamais commis d'agression sexuelle, il est faux et irresponsable de faire l'amalgame entre des affirmations de comportement maladroit ou d'acte sexuel consensuel regretté ensuite, avec une accusation inexacte de comportement criminel."

"Il y a un énorme fossé entre de simples allégations et la vérité, et nous sommes confiants que toute évaluation à froid des faits montrera qu'il n'y a pas eu de méfait commis. Néanmoins, Mr. Weinstein s'excuse profondément auprès de ceux qui ont été offensés par son comportement".

Outre les plaintes au civil, Weinstein fait l'objet de trois enquêtes criminelles, à Los Angeles, New York et Londres. Elles n'ont débouché pour l'instant sur aucune inculpation.