Le mystère de l'île de Pâques, célèbre pour ses sites archéologiques, mais surtout pour ses 900 moaï monumentales, a peut-être été percé par des chercheurs américains. Créées entre le 13e et le 14e siècle, les moaï sont des sculptures de plusieurs mètres de long qui ont suscité de nombreux fantasmes depuis leurs découvertes. Comment ces statues se sont retrouvées là ? C'est la question qui taraude les chercheurs depuis que les Hollandais ont posé leur pied sur l'île en 1722. Les célèbres statues moaï, ces sculptures géantes à la silhouette humaine et à la tête surdimensionnée, ont suscité bon nombre d'interrogations et provoqués une série de théories de la part de la communauté scientifique. Mais le mystère pourrait bel et bien être révélé suite à de récentes découvertes de chercheurs de l'université de Binghamton, aux Etats-Unis. Ces derniers ont publié une nouvelle étude concernant le transport des moaï.

Des statues qui "dodelinaient"

Carl Lipo, professeur d'anthropologie à Binghamton mène, avec ses collègues, des recherches sur ce dispositif depuis dix ans. Grâce à des reconstitutions sur l'île d'Hawaï, il a émis l'hypothèse que les statues ont été déplacées de la carrière volcanique jusqu'aux terres dites sacrées, l'endroit où nous pouvons les admirer aujourd'hui, grâce à un système de rampes. En fait, les statues ont été tirées en position verticale, par d'anciens peuples ayant habité l'île, à l'aide de cordes. " Les statues marchaient ! Ou plutôt, elles "dodelinaient", tirées par des cordes, un peu comme lorsqu'on déplace un réfrigérateur lors d'un déménagement", explique le chercheur dans son analyse .Cette opération ne nécessite qu'une quinzaine d'hommes pour transporter une statue de 9 mètres de long et d'un poids égal à 100 tonnes.

Affaire classée ? Pas tout à fait. Pour l'anthropologue belge Nicolas Cauwe, les monolithes ont très certainement été transformés sur place " il y a tout de même un problème. L'essai a été fait à Hawaï sur un terrain libre et dégagé. Surtout, cette reconstitution a été effectuée avec une statue en béton, autrement plus solide que le tuf." Pour ce qui est des chapeaux de pierre rouge qui ornent la tête des statues, ils ont été montés grâce à un système de treuil. Pour Carl Lipo et ses collègues, la roche a été taillée en cylindre, roulée jusqu'au pied du moaï, et enfin, hissée grâce à un système de tractation. Une fois installés, les chapeaux ont été retaillés. La théorie des cordes et des treuils contredit l'étude précédente qui voulait que les statues aient été déplacées grâce à des rondins de bois, une technique qui aurait pu être la cause de la déforestation de l'île. La communauté scientifique n'est toujours pas unanime et les statues moaï n'ont sans doute pas fini de faire parler d'elles.

Félicia Mauro