De nouveaux ordres d'évacuation obligatoire et de nouveaux comtés en état d'urgence --pour débloquer des moyens supplémentaires--: la situation empirait jeudi avec la rapide progression des feux qui, pour la grande majorité, restaient hors de contrôle.

Le "Tubbs Fire", à cheval sur les comtés de Napa et Sonoma, n'était circonscrit qu'à 10% jeudi matin après avoir déjà réduit en cendres près de 14.000 hectares, selon le service des pompiers de Californie (Calfire).

C'est actuellement le 5e incendie le plus meurtrier de l'histoire de la Californie, avec 13 morts sur les 23 que déplorent cet Etat depuis le début de ces violents incendies dimanche soir. Il a détruit 576 bâtiments, dont 550 résidentiels, mais en menace des milliers d'autres.

Le "Atlas Fire", un autre foyer particulièrement actif, n'était contenu qu'à 3% mercredi soir et avait déjà brûlé plus de 17.000 hectares.

La situation devrait rester difficile ces prochains jours car les services météorologiques s'attendent à ce que "des conditions générant un risque élevé d'incendie vont se poursuivre dans une partie de la Californie au moins une partie du week end".

"Des vents secs soufflant en rafales et une humidité basse vont continuer à gêner les efforts des pompiers, en particulier entre vendredi soir et la nuit de samedi", a indiqué la météo locale, prévoyant des vents pouvant souffler jusqu'à 80 km/h et un taux d'humidité en journée entre 10 et 20% selon les endroits.

L'université de Sonoma a décidé de fermer son campus par précaution, pour "assurer la sécurité du personnel et des étudiants", a-t-elle expliqué dans un communiqué, tout en précisant que le site n'"est pas sous une menace immédiate".

Espoir déçu

Le shérif du comté de Sonoma Robert Giordano a indiqué mercredi soir que 285 personnes n'avaient toujours pas été localisées, soulignant que la destruction de plus de 70 relais de téléphonie mobile compliquait la tâche des autorités. Et de nombreuses personnes signalent la disparition de proches, mais pas leurs retrouvailles, avait-il regretté.

L'Agence des situations d'urgence du gouverneur de Californie (Cal OES) précisait jeudi matin qu'au moins 18 incendies étaient actifs dans neuf comtés californiens et que 20.000 personnes avaient été forcées d'évacuer.

Selon les dernières informations communiquées mercredi après-midi par les pompiers, au moins 3.500 bâtiments (maisons et commerces) et près de 70.000 hectares sont partis en fumée depuis dimanche soir en Californie.

"J'avais cet espoir que ma maison ait survécu... mais... ", dit à l'AFP Michael Desmond, 63 ans, en fondant en larmes devant son pavillon réduit en cendres comme des centaines d'autres dans le quartier de Coffey Park, à Santa Rosa, l'un des plus touchés par les incendies.

Plus de 8.000 pompiers luttaient mercredi contre les flammes, appuyés dans les airs par plus de 70 hélicoptères et 30 avions bombardiers d'eau et des centaines de véhicules au sol.

Les autorités de l'Etat américain le plus peuplé a obtenu des renforts d'Etats proches (Nevada, Washington, Oregon, Arizona) et d'autres devaient suivre.

La Garde nationale de Californie a également déployé 700 soldats, qui devaient être renforcés mercredi et jeudi par 1.800 personnes supplémentaires, a indiqué le major général Dave Baldwin, chef d'état-major du gouverneur de Californie.

Le président américain Donald Trump a déclaré mardi l'état de catastrophe naturelle.

Plusieurs exploitations de cette région très viticole, parfois centenaires, ont été totalement ou partiellement détruites. Certaines étaient toujours sur la trajectoire des flammes.