Serait-ce là un hobby du gouvernement Michel: creuser des trous dans le trésor? Le tax shift - le glissement d'impôts sur le travail vers la consommation, la pollution et la fortune - ne pouvait rien coûter, mais il y a un déficit d'environ 5 milliards d'euros. L'impôt sur les sociétés a été baissé et ce dernier aussi devait être "budgétairement neutre", mais cette semaine la Banque Nationale publie des calculs sur leur impact budgétaire et on craint que cette réforme coûte beaucoup d'argent.
...