"Avec cet arrêté royal, nous voulions augmenter la qualité et la participation au dépistage. Nous constatons toutefois qu'il y a eu un vent de panique au sujet de cette mesure, et que les femmes ont été complètement mal informées. Parce qu'un débat serein est impossible dans une telle atmosphère, nous mettons la mesure en suspens", c'est par cette phrase que Maggie De Block a justifié de suspendre temporairement l'application de son arrêté royal visant à ne plus rembourser, sauf exceptions, la mammographie aux femmes de moins de 45 ans et de plus de 74 ans. Cet AR imposait aussi de ne rembourser qu'un seul dépistage annuel entre 45 et 50 ans et un seul dépistage tous les 2 ans entre 50 et 74 ans.

Cette décision - qui devait entrer en application le 1er avril - a suscité de nombreuses protestations. Des citoyens ont lancé une pétition via les réseaux sociaux, qui a récolté en quelques jours près de 27.000 signatures. Le cdH, le PS et même le MR, allié gouvernemental de la ministre de la Santé publique, sont montés au créneau. Et ont demandé à Maggie De Block de revoir sa copie. Pour une fois, l'égérie de l'Open VLD s'est exécutée. Dans ce dossier, on ne peut pas lui reprocher un manque d'écoute et de réactivité. On peut tout de même s'étonner de ce revirement d'une ministre connue pour son jusqu'au-boutisme. D'autant plus que Maggie De Block a déclaré que l'arrêté royal a fait l'objet d'une longue réflexion - d'une dizaine d'années !- et d'une intense concertation avec les personnes impliquées dans le dépistage du cancer du sein. La politique d'Evidence Based Medicine ne résisterait-elle pas au risque d'impopularité ?