Un dimanche d'été. Il y a vingt-cinq ans. Ce matin du 1er août 1993, la Belgique est comme tétanisée. Elle vient d'apprendre la disparition inopinée de son roi, " mort cette nuit, à 63 ans, dans sa résidence de Motril, en Espagne ", annonce la radio. Des milliers d'anonymes affluent devant le palais royal, à Bruxelles. Depuis le petit matin, certains déposent des fleurs devant les grilles du bâtiment ou allument des bougies. Des scouts entament un chant en hommage à Elan royal, le totem de Baudouin. Les drapeaux tricolores apparaissent aux fenêtres. L'émotion ne cesse de grandir au cours de cette " semaine sainte " vouée à la mémoire du roi.
...