Le ministre-président flamand a par ailleurs dit comprendre l'inquiétude des gens à propos du montant de leur pension. "Il ne peut se concevoir que les gens travaillent plus longtemps pour une pension moindre, en ce sens je peux rejoindre les gens qui manifestent leur inquiétude", a-t-il précisé.

"Le ministre Bacquelaine n'a encore rien décidé. Il n'y a pas encore de proposition concrète. Les manifestations sont prématurées. Mais nous allons maintenant tous devoir accepter que nous devrons travailler plus longtemps", a-t-il expliqué.

Le ministre-président a toutefois mis le gouvernement fédéral en garde. "Il n'est pas envisageable qu'à la fin du trajet, les gens doivent travailler plus longtemps pour gagner moins. Pour moi, c'est exclu. Là, je peux donner raison aux gens qui manifestent leur inquiétude. Je suis très clair. S'il existe des plans qui conduisent à travailler plus pour avoir moins de pension, je dis non".