On s'en rappelle, Stéphane Moreau est soupçonné d'avoir bénéficié d'un contrat d'assurances rédigé et signé après un sinistre pour lequel il n'était pas couvert et dont les dommages ont été estimés à 53.000 euros : en février 2010, une tempête souffle sur Ans. Le vent renverse un arbre planté sur la propriété de Stéphane Moreau. Cet arbre tombe sur la pergola de son voisin, et la détruit. Le voisin, lui, réclame réparation.
...